Dokument-Nr. 6153
Gasparri, Pietro an Pacelli, Eugenio
Vatikan, 11. November 1921

Regest
Gasparri informierte Pacelli bereits telegraphisch über den Beschluss der tschechoslowakischen Regierung, die Aufhebung der philosophisch-theologischen Diözesanlehranstalt und des Priesterseminars in Weidenau noch um ein Jahr zu verschieben. Nun zitiert er die entsprechende Stellungnahme des tschechoslowakischen Gesandten beim Heiligen Stuhl Kamil Krofta. Aus Kostengründen habe das Prager Bildungsministerium am 28. Juli 1921 die Aufhebung des Priesterseminars in Weidenau beschlossen, wobei der Olmützer Erzbischof Antonin Cyril Stojan die Fortsetzung der Ausbildung der Weidenauer Seminaristen im Olmützer Seminar zugesichert habee. Der Aufhebungsbeschluss sei keinesfalls als kirchenfeindlich aufzufassen, sondern die Regierung habe die katholische Kirche vom in der Öffentlichkeit vorherrschenden Ruf, das Seminar betreibe eine germanisierende Mission, befreien wollen. Der Delegierte des Breslauer Fürstbischofs Adolf Kardinal Bertram, Oskar Pollak, habe dem Bildungsministerium die praktischen Schwierigkeiten der Umsetzung einer sofortigen Aufhebung vor Augen geführt, was die Regierung dazu veranlasst habe, die vorübergehende Aussetzung des Erlasses zu veranlassen. Gleichwohl erachte das Bildungsministerium die Schließung für unumgänglich und sei davon überzeugt, dass die Konzentration der Priesterausbildung in Böhmen, Mähren und Schlesien sowohl im Interesse des Staates als auch der Kirche sei.

[Kein Betreff]
Ill.mo e Rev.mo Signore,
Ebbi già a comunicare a V. S. Ill.ma e Rev.ma, per mezzo di un cifrato, che il Governo Czecoslovacco ha receduto, per un anno, dalla deliberazione di sopprimere il Seminario di Weidenau.1
Credo però opportuno far conoscere, pel tramite di V. S., all'E.mo Card. Bertram il punto di vista del Governo di Praga riguardo al medesimo Seminario; infatti in una recente Nota di questo Ministro di Czecoslovacchia, su tale argomento era detto quanto segue:
"Le Séminaire de Vidnava soumis à l'Ordinariat de Breslavie, diffère de tous les autres par son origine et par son attitude, étant donné que sa fondation n'a pas été dictée tant par les égards ecclésiastiques que par les tendances politiques. Jusqu'à l'an 1899 le clergé destiné pour la partie au-
140v
trichienne du diocèse de Breslavie était élevé pour la plupart au séminaire d'Olomouc. Ce n'est que dans l'année susmentionné que l'évêque Cardinal Kopp a obtenu le consentement du ministère de l'Instruction et du Culte autrichien (arrêt du 10.VIII.1899. N°19761) de constituer un séminaire spécial à Vidnava et il était bien connu que le Cardinal était <guidé principalement per l'intention de faire éduquer le clergé>2 destiné au premier lieu à l'administration des districts tchèques par les professeurs devoués à l'idée nationale allemande.
Cette tâche correspondait à la politique générale de Vienne, mais elle était pénible pour la population tchèque, et le développement postérieur du séminaire a démontré clairement sa superfluité absolue; il suffit rappeler le fait qu'au cours de 21 ans ils n'y étaient élevés que 148 prêtres – c'est à dire 8 prêtres par an – dont 1/3 était Allemands et 2/3 Slovaques, Tchèques ou Polonais.
L'état actuel est encore plus déplorable étant donné qu'il n'y a en tout que 16 élèves au séminaire dont 3 dans la I Classe, 6 dans la II. classe, 4 dans la III. classe, 3 dans la IV. classe.
Et pour ce nombre insignifiant des élèves l'Etat entretient 7 professeurs, dont les traitements personnels exigent une somme de 137.000 Ktch par an, et pour l'éducation de chaque élève l'Etat dépense plus de 8.000 Ktch par an!
141r
Il est donc naturel qu'on ne croit pas juste que l'Etat Tchécoslovaque – vu les changements qui se sont produits – apporte ces sacrifices à l'institut d'une telle origine, de telles traditions et d'une importante pratique si insignifiante pour l'éducation du clergé. Et c'est pour cette cause que le ministère de l'instruction publique ayant obtenu de l'archevêque d'Olomouc la promesse de laisser tous les élèves du séminaire de Vidnava continuer leurs études dans le séminaire d'Olomouc (Olomucium), a décrété la suppression du séminaire de Vidnava et qu'en même temps par son arrêt du 28 Juillet 1921, il a chargé l'administration politique du pays à Opava de communiquer cette décision à l'évêque de Breslavie S. E. le Cardinal Bertram.
La suppression du dit séminaire ne signifiait nullement un acte hostile à l'église, au contraire, l'intention du gouvernement était d'enlever à l'opinion publique, convaincue de la mission germanisatrice du même séminaire, la raison de soupçonner l'église catholique des tâches semblables.
D'autre côté, cette suppression n'a pas fait tort à la population allemande du pays, car l'éducation du clergé au séminaire d'Olomouc (Olomucium) où actuellement se trouvent déjà 15 autres élèves allemands, est tout a fait impartiale. Néanmoins l'intervention personnel-
141v
le du délégué de l'évêques [sic] de Breslavie au ministère, dont le but était d'attirer l'attention aux différentes difficultés techniques de la suppression immédiate, a eu pour résultat que le ministère décida la suspension temporaire de l'arrêt du 27 août de sorte que les cours de l'an scolaire 1921-1922 sont déjà commencés.
Mais par ce fait le ministère de l'instruction publique n'abandonne nullement sa ferme conviction, que non seulement la suppression du séminaire de Vidnava mais en même temps la concentration successive de l'éducation du clergé en Bohême, Moravie et Silésie est absolument nécessaire dans l'intérêt de l'Etat et de l'Eglise même et il est bien décidé d'en continuer les négociations."
Profitto volentieri dell'incontro per raffermarmi con sensi di distinta e sincera stima
di V. S. Ill.ma e Rev.ma
Servitore
P. Card. Gasparri
1Hds. von unbekannter Hand in blauer Farbe unterstrichen.
2Nachträglich zwischen den Zeilen masch. eingefügt.
Empfohlene Zitierweise
Gasparri, Pietro an Pacelli, Eugenio vom 11. November 1921, in: 'Kritische Online-Edition der Nuntiaturberichte Eugenio Pacellis (1917-1929)', Dokument Nr. 6153, URL: www.pacelli-edition.de/Dokument/6153. Letzter Zugriff am: 25.09.2022.
Online seit 14.05.2013, letzte Änderung am 16.12.2013.